DIY·Green attitude

Lombricomposteur à fabriquer soi-même : DIY facile à réaliser

Fabriquer facilement son lombricomposteur en DIY

C’est le moment de se remonter les manches et d’attraper la perceuse pour se lancer dans la fabrication de son lombricomposteur ! Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur les lombricomposteurs : ce que c’est, à quoi ça sert, comment ça fonctionne, je vous encourage à aller visiter le premier article que j’ai consacré à ce sujet : Tous savoir sur les lombricomposteurs. Si vous l’avez déjà lu et que vous êtes convaincu.e, alors on est parti pour un peu de bricolage ! Préparez votre espace, en protégeant le sol de la zone où vous allez travailler. Si possible, installez-vous dans un endroit où vous pourrez laisser tout sur place pendant plusieurs jours. En effet, il y aura plusieurs phases de pause, notamment pour laisser le temps à la peinture de sécher entre 2 couches !

Le matériel

  • 4 boîtes en plastique avec couvercles qui ferment, d’une dimension d’environ 26cm par 37cm – 10L  (sans trou, sinon les vers de terre pourront s’échapper !). Après de nombreuses recherches, j’ai trouvé mon bonheur chez Gifi. Si vous trouvez des boîtes opaques foncées, pour pourrez sauter l’étape peinture. Je vous conseille quand même d’avoir une boîte transparente pour recueillir le thé de compost tout en bas : cela évitera que les lombrics descendent dans la dernière boite et s’y noient.
  • 1 robinet – à récupérer sur un cubi. Attention qu’il soit relativement solide car il va être utilisé plus que sa fonction première, qui est de faire passer simplement 5 litres une seule fois.
  • Du joint en silicone – le même que pour faire un joint de baignoire. On le trouve en grande surface ou magasin de bricolage, il existe maintenant des petits formats, parfaitement suffisant pour fabriquer un lombricomposteur !
  • Un pot de peinture noire, pour matière plastique, la plus écolo possible (classe A) pour éviter d’intoxiquer les vers de terre !
  • 15 vis avec rondelles et écrous.
  • 1 perceuse (merci tonton pour le prêt !).
  • Un peu de gros scotch argenté tissé – celui qui est étanche et ultra résistant et qui permet de réparer un rétro qui s’est pris un coup ^^.
  • Un tournevis cruciforme et une pince multi-prise (ces 2 là, mieux vaut les acheter si vous n’en avez pas, c’est le B.A.BA du bricoleur du dimanche, ça sert tout le temps).

Etape 1 : peinture !

Comme je vous l’ai expliqué dans l’article sur les lombricomposteurs, les vers de terre n’aiment pas la lumière, on va donc peindre les boîtes avec de la peinture noire, à l’exception d’une seule boite qu’on laissera transparente, sans peinture. Cette boite servira à recueillir le liquide en bas du lombricomposteur, le fameux thé de compost. La garder transparente évite que les vers de terre ne s’aventurent dans la boîte du bas et risquent de s’y noyer. On va donc peindre les 4 côtés de 3 des boîtes. On peindra également tous les couvercles. Attention de choisir une peinture de qualité environnementale A : c’est à dire la moins nocive. Ce serait bête d’empoisonner nos vers de terre avec de la peinture chimique, et nous empoisonner nous par la même occasion, en la respirant… La peinture doit être compatible avec un support plastique. Vous pouvez demander conseil à un vendeur dans le magasin de bricolage (« bonjour, je voudrais une peinture non nocive car ce sera en contact avec des animaux » « quels animaux » « des lombrics » -> BLANC -> « des vers de terre quoi » -> TÊTE DU VENDEUR <- c’était drôle !). Laissez bien sécher la peinture, puis passez une seconde couche. N’hésitez pas à passer une 3ème couche à certains endroits qui seraient restés un peu transparents.

Etape 2 : installer le robinet

Pendant que la peinture des boites sèche tranquillement, vous allez pouvoir en profiter pour vous occuper de la 4ème boite non peinte, destinée au thé de compost, et y installer le robinet récupéré sur un cubi.

Commencez par positionner le robinet et marquer le contour sur la boîte. Attention à ne pas le positionner trop bas : il ne faut pas que le bout du robinet dépasse du bas de la boîte, sinon vous ne pourrez plus poser la boîte sur le sol… ce qui serait embêtant !

Ensuite, il va falloir percer la boite. Mais attention : le plastique ça casse et ça se fend assez facilement, ce qui ferait perdre l’étanchéité à votre lombricomposteur. L’astuce de mon papa : percez à la perceuse des trous avec une mèche moyenne à quelques millimètres les uns des autres, tout le long du trait, puis faites se rejoindre les trous en découpant au cutter. Vous pouvez ensuite reprendre un peu au cutter pour lisser l’ouverture.

Pose du robinet sur le lombricomposteur

Positionnez le robinet et scotchez-le à l’intérieur de la boîte, avec du gros scotch argenté (celui qui sert à réparer les rétroviseurs). Attention de ne pas mettre de scotch à l’intérieur du robinet, là où le liquide doit passer (ça va sans dire, mais c’est toujours mieux en le disant). On va ensuite utiliser le joint en silicone, pour assurer l’étanchéité du robinet, autour du robinet, sur la face extérieure de la boîte. N’hésitez pas à être généreux.ses ! Ne touchez plus à rien pendant au moins 48h, pour laisser le temps au joint de bien sécher à coeur (on a mis une épaisseur bien plus importante que sur un joint de baignoire…).

Robinet posé, scotché à l’intérieur de la boîte

Etape 3 : assembler boîtes et couvercles

Vis et écrous côté intérieur couvercle

Lorsque la peinture de vos boîtes est bien sèche, vous allez à nouveau pouvoir faire joujou avec la perceuse ! On va fixer 1 couvercle sous chaque boîte peinte. Chaque boîte sera donc solidaire du couvercle de la boîte située en dessous d’elle. Il vous restera 1 couvercle libre (qui fermera le lombricomposteur par le haut) et une boîte non peinte avec robinet et sans couvercle fixé dessus (qui sera posée sur le sol pour récupérer le thé de compost en bas). Positionnez un couvercle sous une des boîtes, percez 5 trous de taille compatible avec les vis que vous aurez choisies, placez une rondelle sur le trou au fond de la boîte, insérez la vis puis vissez l’écrou de l’autre côté (=côté couvercle). Recommencez avec les autres boîtes (à l’exception de celle restée transparente) : le tour est joué !

Vis et rondelle côté intérieur de la boîte

Etape 4 : trous de circulation entre les boîtes

Pour un meilleur fonctionnement, il est important que les lombrics puissent circuler d’une boîte à l’autre. Et on a également besoin que le liquide puisse descendre vers le bas, jusqu’à la boîte chargée de le récupérer : on va donc percer des trous dans les fonds de boîtes / couvercles intermédiaires. On laisse le couvercle libre de côté, qui fermera le lombricomposteur, ainsi que la boîte non peinte : ils ne doivent pas avoir de trou, eux ! Pour ne pas casser le plastique, faites d’abord des trous avec une mèche moyenne (4 ou 5 mm). Puis repassez sur les trous pour les agrandir, avec une mèche de 7 à 8 mm.

Trous de circulation des lombrics entre les boîtes du lombricomposteur

Etape 5 : ah ba non, pas d’étape 5 : votre lombricomposteur est fini ! 🙂

Vous n’avez plus qu’à l’installer dans votre cuisine ou votre cellier ou débarras… Vous posez la boîte non peinte, puis les 3 autres boîtes dans n’importe quel ordre et vous fermez le haut avec le couvercle libre qui n’a pas de trou. Vous pouvez, comme je l’ai fait, poser le lombricomposteur dans une caisse en plastique (récup de chez les parents !) pour éviter qu’il soit directement sur le sol. Vous pouvez également le poser sur une planche à roulette, ce qui vous permettra de le déplacer facilement (suggestion fort intéressante de Marianne : merci !) ! Si vous choisissez de l’installer dehors, attention aux températures extrêmes : les lombrics n’aiment ni le chaud ni le froid. Il faudra donc le mettre à l’abri (pas de soleil direct ni de pluie dessus) et le rentrer à l’intérieur en cas de température négative et de grosses chaleurs.

Schéma lombricomposteur

Etape 6 : trouver des vers !

Ça ne fait pas partie du bricolage, mais c’est un élément essentiel !
Pour en trouver, plusieurs solutions :

  • en acheter, par exemple sur Vers de compost
  • trouver quelqu’un qui vous en donnera gratuitement sur Plus2vers.com (un site génial avec une carte interactive pour trouver des vers et un espace ressource qui est une mine d’or d’informations
  • faire un piège à lombrics dans un coin de terre près de chez vous avec du marc de café : toutes les info ici

Bon bah y a plus qu’à ! N’hésitez pas à me montrer vos réalisations sur instagram en me taggant (@lau_bobordeaux) ! Et si vous bloquez sur une étape, expliquez-moi en commentaire et je vous aiderai !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.