Allez viens on mange

Comment manger local et de saison quand on habite en ville et qu’on est tout le temps débordée ?

La ruche qui dit oui pour manger mieux et local en plus d'aider à maintenir une agriculture de qualité sur nos territoires
Image appartenant à la ruche qui dit oui
Il y a quelques années, un peu brutalement, j’ai complètement changé mon alimentation. Je suis passée de je-mange-comme-une-étudiante-vive-les-nouilles-chinoises-lyophilisées-au-gruyère à des plats que je cuisine, sans gluten, sans lactose, avec un maximum de fruits et légumes, moins de viande et des produits de qualité, si possible bio et produits en local. C’est ce qu’on appelle un virage à 180° ! Je ne compte plus les bienfaits que ce changement a eu sur moi et sur l’ensemble de ma vie, mais concrètement, ça demande pas mal de réorganisation. Out les virées au supermarché, il faut trouver des produits de bonne qualité et de préférence de provenance locale. Si en plus ils sont sans emballage, alors c’est jackpot ! Sauf que j’habite en pleine ville, les producteurs locaux sont loin, sans parler du fait que faire le tour des producteurs dont on a besoin, c’est clairement pas compatible avec un job à plein temps et des weekends surchargés (je veux  manger bien, mais j’ai pas que ça à faire non plus !). Heureusement, il existe plusieurs solutions, et il y en a forcément une adaptée à chacun !
Tour d’horizon…

(Par contre, vous allez être obligé(es) d’aller jusqu’au bout de l’article parce que ma solution préférée, c’est la dernière !)

Tout d’abord il y a les petits commerçants

Parmi ceux de mon quartier de Bordeaux, on trouve plusieurs magasins de regroupement de producteurs locaux. J’y vais parfois, mais ils me servent plutôt de dépannage, ce n’est pas la solution numéro un à mes yeux parce qu’aucun de ces magasins ne regroupe tout ce dont j’ai besoin et ils n’ont pas tous des horaires d’ouverture très pratiques (« ah vous fermez à 18h… »).
Concernant les magasins bio, c’est un passage obligé, notamment pour certains aliments sans gluten. Les indispensables cracottes au sarrasin des tartines de mes petits dèj ne se trouvent qu’en bio (2 ingrédients : sarrasin et sel, c’est tout : parfait !). Mes préférés dans l’agglomération bordelaise sont incontestablement le marché de Léopold et le biocoop de Bordeaux Lac, qui vient d’ouvrir et qui a le rayon de vrac le plus grand que je n’ai jamais vu (étoiles dans les yeux !) !
Retour de ruche qui dit oui des Chartrons préparation d'un repas zéro déchet et locavore

Le marché

Qu’est ce que c’est ?
Je ne vais pas vous faire un dessin : tout le monde est déjà allé au marché ! Les bordelais trouveront la liste des marchés de Bordeaux ici.
Les + : le contact avec le commerçant, qui est souvent le producteur/éleveur. Et puis ça permet de se promener dans son quartier, sympa quand le beau temps est au rendez-vous !
Les – : si, comme moi, vous travaillez la semaine, il ne reste que le marché du dimanche matin… le peu de weekend où on est à la maison et disponible le dimanche, c’est à dire justement le weekend où on voudrait en profiter pour rester sous la couette, regarder une série en pyjama ou se concocter un bon petit brunch maison… en tout cas pas s’habiller pour aller affronter le froid ! De plus, il y a un peu de tout en termes de qualité sur les marchés. On y trouve souvent peu de bio et tout n’est pas forcément local.
A noter tout de même : il y a un marché bio le jeudi matin quai des Chartrons, pas très grand, mais tout mignon !

Les AMAP : championnes du local !

Qu’est ce que c’est ?
AMAP, c’est un acronyme pour Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. Ce sont donc des structures associatives, destinées à favoriser l’agriculture paysanne et biologique qui a parfois du mal à subsister face à la sur-puissance de l’agro-industrie. Le principe est de réunir un certain nombre de consommateurs, qui, ensemble, vont s’engager à acheter la production d’un ou plusieurs producteurs, à un prix équitable et en payant par avance. Concrètement : chaque semaine les consommateurs viennent récupérer leur panier composé des aliments dont le producteur dispose, selon la saison et sa récolte du moment.
Les + : en terme de soutien aux producteurs locaux, c’est le top ! Il n’y a pas d’intermédiaire, les contrats sont sécurisés pour 6 mois ou 1 an – ce qui permet au producteur de penser son activité sur le long terme. La plupart du temps, on connait les producteurs parce qu’on les croise lors des récupérations de paniers et parfois on va leur donner un coup de main sur leur exploitation. Les produits sont de qualité et bio dans la plupart des AMAP. On sait ce qu’on mange et on sait où va notre argent : directement et entièrement au producteur !
Les – : vraiment pas flexible. Les paniers sont souvent trop gros quand on vit seul et le contrat n’est pas suspendu si on ne peut pas venir récupérer son panier une semaine. De plus, on ne choisit pas ce qu’il y a dans notre panier. Je sais que c’est le principe : prendre ce que le cultivateur a de disponible au moment T, accepter d’avoir un peu moins en hiver et un peu plus en été etc… mais personnellement je ne suis vraiment pas prête à cuisiner et manger des légumes que je n’aime pas…

Ma solution idéale : la Ruche Qui Dit Oui

logo de la ruche qui dit oui pour manger des produits de qualité être locavore facilement quand on habite en ville

Depuis plus de 3 ans maintenant, j’ai trouvé LA solution parfaite pour moi, celle qui me convient à 100% (ou plutôt 98% si je suis parfaitement honnête) : ma Ruche adorée.
Qu’est ce que c’est ?
La Ruche Qui Dit Oui, c’est une plateforme en ligne qui permet à un groupe de consommateur d’acheter les produits des producteurs de sa région. Ainsi, les producteurs doivent être situés à moins de 250km du lieu de distribution. En ce qui concerne les Ruches de Gironde, la moyenne d’éloignement est de 46 km.
La Ruche Qui Dit Oui est une entreprise de l’économie sociale et solidaire, certes à but lucratif mais qui respecte des règles éthiques et de justesse pour ses salariés ainsi que pour les producteurs qu’elle soutient. Les salariés possèdent une partie de l’entreprise et participent à sa gouvernance.
Comment se passe une vente ? Entre 8 et 2 jours avant la distribution, on passe sa commande en ligne : simplicité et flexibilité sont au rendez-vous. La distribution a lieu un jour fixe de la semaine à un horaire fixe. Par exemple pour ma Ruche, je peux passer entre 18h30 et 19h30 le vendredi. On vient avec le mail récapitulatif de notre commande qu’on a reçu la veille, on récupère ses commandes et en 5 min le tour est joué !
Les + : pas d’engagement, on commande quand on le souhaite. Si je sais que la semaine prochaine je ne pourrais pas récupérer ma commande, alors je ne commande pas, tout simplement. On commande ce que l’on souhaite, les produits qu’on aime. Ce sont uniquement des producteurs locaux. Dans ma Ruche, la qualité et la diversité sont clairement au rendez-vous : légumes, fruits, viandes – boeuf, porc, agneau…, poissons, volailles, pains, miel etc…  Il y a également des produits transformés par des artisans, mais je n’en achète que très peu. Et le petit plus : en étant dans le sud ouest, on a du canard à foison !
La commande se fait en ligne, donc je peux m’en occuper entre 2 trams ou à 23h depuis mon lit : tout ce que j’aimais dans le drive du supermarché !
Pas besoin de faire 10 lieux différents : on récupère tous ces produits au même endroit, au même moment.
 Enfin, si tu as la chance d’habiter autour des Chartrons ou de Grand Parc à Bordeaux, alors tu as une responsable de Ruche au TOP, à fond dans son projet et super dynamique, un régal (merci Maud pour tout ce que tu fais !).
Les – : ce n’est pas complètement direct : la plateforme sert d’intermédiaire, mais en même temps c’est ce qui permet d’avoir autant de diversité de produits à pouvoir récupérer en un seul endroit.  Ce n’est également pas toujours zéro déchet, la viande est mise sous vide sous plastique par exemple. Mais de vrais efforts sont réalisés, en tout cas dans ma Ruche, avec une récupération des pots et des boites à œuf pour les réutiliser par exemple. Et beaucoup de légumes sont à récupérer directement dans une cagette, sans emballage. Des moins qui ne pèsent pas lourd face aux nombreux côtés positifs !
Convaincu(e) ? Rendez-vous sur laruchequiditoui.fr ! Vous pouvez créer un compte gratuitement et regarder sur la carte s’il y a une Ruche à côté de chez vous.
Et vous, quelle est votre solution préférée ?

2 réflexions au sujet de « Comment manger local et de saison quand on habite en ville et qu’on est tout le temps débordée ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *